Changeons de mode: découvrez nos ambassadeurs et leurs engagements

 

Changeons de mode: découvrez nos ambassadeurs et leurs engagements

 

La campagne Changeons de Mode est portée au-devant de tous nos clients à travers le regard et la voix de personnalités singulières issues du monde de la mode, mais aussi de l’entrepreneuriat, de l’art et du cinéma. Choisis pour leurs engagements en faveur d’industries créatives plus inclusives, égalitaires et responsables, mais aussi pour leur lien avec une audience jeune et consciente, ces quatre ambassadeurs sont les messagers des changements bénéfiques que les Galeries Lafayette souhaitent célébrer dans la mode et plus largement dans la société.

Kimberly Drew, activiste et écrivaine

Kimberly Drew.jpg

Kimberly Drew est une écrivaine et activiste engagée en faveur d’une plus grande inclusivité dans les industries créatives et dans la mode en particulier. Originaire de New York, elle écrit régulièrement pour des médias de mode de premier plan, tels que Vogue, Glamour ou encore Harper’s Bazaar, et collabore avec des marques, dont Prada et Gap. 

 

3 questions à kimberly drew

Comment définirais-tu ta relation avec la mode ?

Ma relation avec la mode est un prolongement de la relation que j’entretiens avec l’art. A l’occasion d’évènements croisés, avec Prada notamment, j’ai vraiment eu envie de mieux comprendre la mode, son influence et son développement. J’ai vite compris que la mode ne se limitait pas aux objets, mais qu’il s’agissait d’une industrie culturelle à part entière, avec ses idées et ses combats.

Selon toi, quels sont les changements nécessaires à l’industrie de la mode ?

L’industrie de la mode doit encore beaucoup travailler sur elle-même. Il y a énormément de sujets à régler : le développement durable, d’un point de vue économique et environnemental, mais aussi la diversité et l’inclusivité pour n’en citer que quelques-uns. Résoudre ces problèmes à leurs racines demande du temps et de la volonté. Je suis une incorrigible optimiste et j’espère que la dynamique actuelle dans laquelle nous évoluons va prospérer et nous amener vers un avenir à la fois plus équitable et plus durable.


Quel rôle souhaites-tu jouer dans ces changements ?

J’adore la mode et, malgré ses contradictions, mon affection pour cette industrie s’est renforcée avec le temps. J’espère que je continuerai à être une alliée pour tous ceux qui veulent en repousser les frontières. Je suis passionnée par les questions de diversité et d’inclusivité et même s’il n’y a pas de recette miracle pour faire disparaître certaines ignorances que la mode entretient vis-à-vis de ces sujets, j’espère pouvoir continuer à ouvrir autant de nouvelles voies que possible pour ce secteur. 



Hafsia Herzi, actrice et réalisatrice

Hafsia Herzi.jpg

Originaire de Marseille, Hafsia Herzi est une actrice et réalisatrice autodidacte. Révélée en 2007 dans La Graine et le mulet d'Abdellatif Kechiche, elle obtient l’année suivante le prix Marcello Mastroianni à la Mostra de Venise ainsi que le César du meilleur espoir féminin. Tu mérites un amour, son premier long métrage totalement auto-produit, est sélectionné en 2019 à la 58ème Semaine de la Critique à Cannes. Ce film, présent sur les écrans français en septembre prochain, dresse un portrait moderne et sans tabou d’une jeunesse parisienne empreinte aux changements de son époque, de sa ville et de ses codes. 

 

3 questions à Hafsia Herzi

Quels sont les changements que tu aimerais voir dans les industries créatives ?

Je crois que la création progresse quand on y introduit de la diversité. Il est donc important de trouver des alternatives pour que les personnes qui n’y ont pas forcément accès puissent raconter leurs histoires ou se sentir représentés. C’est le challenge que j’ai voulu relever en réalisant Tu mérites un amour. Il faut faire émerger les jeunes talents, il faut de l'entraide, de la solidarité, trouver de nouvelles manières de financer et de produire. C’est important pour le cinéma, pour la mode et toutes ces formes d’expression qui sont en fait au cœur de la vie des gens.

En tant qu’actrice, quels sont les messages que tu souhaites faire passer ?

Le cinéma crée une forme de proximité entre des individus d’origines ou de milieux différents — à l’écran ou dans la salle. Mon rôle si j’ose dire est de permettre ces rapprochements. L’actrice, en ce sens, n’est pas une moralisatrice. Elle ne porte pas de message particulier, mais elle incarne une vision, comme un mannequin peut le faire sur un podium. 

Que signifie « Changeons de Mode » pour toi ?

Changer de mode, c’est changer d’état d’esprit. Passer en mode alternatif, trouver de nouvelles manières de travailler, de créer, de se renouveler. Bref, de nouvelles manières de faire. C’est une question de démocratisation je crois, et de choix. De plus en plus de gens ont accès à de plus en plus d’outils, d’informations et d’images. Il y a donc de plus en plus d’histoires à raconter. Dans le cinéma bien sûr, mais pas seulement, la jeunesse déborde d’énergie créative. Si on ne lui donne pas le pouvoir de s’exprimer, elle le prendra de toute manière.



 

Spencer Phipps, créateur de la marque PHIPPS

Spencer+Phipps.jpg

Originaire de San Francisco, Spencer Phipps est le créateur de la marque de prêt-à-porter masculine Phipps. Après avoir étudié à la Parsons School of Design de New York, il est diplômé en 2008 et nommé « designer de l’année » pour une collection conçue à partir de matériaux durables. Il lance sa marque en 2017 pour explorer les notions de durabilité et de responsabilité environnementale. En 2019, il est l’un des 8 finalistes du prix LVMH. 

 

3 questions à spencer phipps

Cela fait plus de 10 ans que tu es engagé dans une démarche de mode responsable. Quels sont les changement positifs que tu as pu observés dans l’industrie ? 

En dehors de toutes les nouvelles matières et technologies passionnantes qui se développent dans l’industrie de la mode, je pense que j’y ai observé un grand changement d’attitude, un éveil. Il y a non seulement un important travail pour trouver de nouvelles solutions qui permettront de créer mieux, mais il y a aussi une redéfinition de ce que signifient le luxe et la mode dans un monde moderne. J’ai l’impression qu’on est vraiment en train d’en redéfinir les frontières. 

Penses-tu que seule une création intemporelle puisse être durable ? 

Je pense qu’au-delà d’une création intemporelle, celle qui est la plus durable est celle qui nous est personnelle. C’est cette création qui conçoit des objets qui nourrissent notre âme, ajoutent de la valeur à notre vie et nous aident à définir notre identité propre.

Pour moi, ce qui compte, c’est l’idée d’un « luxe réfléchi » où chaque objet est pourvu d’une utilité, qu’il s’agisse de sa fonction, sa capacité à développer notre conscience ou tout simplement ce qu’il nous fait ressentir. En tant qu’êtres humains, nous sommes toujours en train de changer et d’évoluer et il est normal que cela se reflète dans nos garde-robes.

Que signifie « Changeons de Mode » pour toi ? 

C’est reconnaître notre intention de développer une meilleure industrie. C’est prendre des décisions responsables et penser de façon globale. C’est mettre en place des actions pour une vie libre, tournée vers le futur. C’est s’engager pour la nature et faire confiance à l’inconnu. On ne sait pas de quoi le futur sera fait mais nous devons rêver l’impossible pour qu’il existe. Si nous sommes courageux, je pense que nous pouvons changer le monde. 

 

Charlotte Dereux, entrepreneuse et créatrice de la marque Patine

Charlotte+Dereux.jpg

Après avoir travaillé dix ans aux croisements de la mode et du digital, Charlotte Dereux se lance dans l’entrepreneuriat avec une marque feel good à son image : PATiNE. Ce vestiaire cool et facile à vivre, co-créé avec la communauté de la marque, minimise l'impact écologique, et repense chaque étape de fabrication en pensant local et responsable.

 

3 questions à Charlotte Dereux

Comment participes-tu aux changements de la mode ?

Je pense que la mode "responsable", c'est le futur normal. Avec PATiNE on ouvre la voie, en nous efforçant de rendre le durable plus sexy. Il y a des combats à mener dans notre industrie, mais nous sommes convaincus que la mode reste avant tout une affaire de désir !

Que signifie « Changeons de Mode » pour toi ?

Je suis une repentie de la fast fashion, j'ai grandi dans les centres commerciaux et adoré l'hyper consommation. Et même si cette époque est has been parce qu'on sait qu'on doit revoir nos modes de vie, je ne veux pas renoncer au plaisir non plus. « Changeons de Mode », pour moi, c'est ne plus séparer notre envie de mode de notre responsabilité d'adopter un style de vie plus durable. Le beau n'est pas beau sans le bon...mais le bon sans le beau est super boring ! De la mode vraiment cool plus respectueuse de la Planète et de l’environnement, c'est plus satisfaisant pour le corps et l'esprit !

Quels sont les plus grands défis de l’entrepreneuriat dans la mode ?

En tant que jeune marque responsable, on défriche, et c'est plus long, plus difficile que dupliquer ce qui existe déjà. Il faut expérimenter longtemps pour trouver ou développer les matières, accepter qu'on ne peut pas tout faire, et imposer des contraintes de fabrication à nos partenaires malgré nos petites quantités… Mais c'est tellement satisfaisant d'innover ! Et puis on est porté par une communauté fabuleuse qui comprend notre projet et le vit au quotidien avec nous. On vit les montagnes russes : des downs, des difficultés, mais tellements de ups ! Tellement de joie de se sentir un peu utiles ! 



 
Charlene Vinh