LES CRITÈRES ENVIRONNEMENTAUX
Les critères environnementaux concernent essentiellement des aspects liés à la fabrication des produits en lien avec les matières, les procédés de transformation et la durée de vie des produits.
 
iswanto-arif-448003-unsplash.jpg
 

 
 
 

Pour produire nos biens de consommation, il faut de la matière première. Produire cette matière première peut présenter des impacts : consommation d’eau et d’intrants pour les matières premières végétales, élevage intensif et pollution de l’environnement pour les matières premières animales, pollution liée à la production et consommation des ressources fossiles pour les fibres synthétiques... Notre sélection de produits Go for Good répondant à un engagement environnemental s'appuie sur les critères suivants. 

 
 

Coton biologique

Le coton est une culture qui peut être très gourmande en eau comme en intrants chimiques.  Le coton biologique n’autorise pas l’usage de pesticides, permet de réduire considérablement la consommation d’eau et d’énergie et interdit les OGM dont est souvent issu le coton conventionnel. Pour faire partie de la sélection Go For Good, les produits en coton doivent être porteurs du label Global Organic Textile Standard (GOTS) ou Organic Content Standard et le coton biologique doit représenter a minima 50 % du produit (il arrive en effet que deux types de fibres soient mélangées, comme le coton et polyester par exemple).

 
 

Matières recyclées

Le recyclage des fibres permet d’éviter de prélever à nouveau de la matière première, qu’il s’agisse de fibres naturelles ou synthétiques. Selon la matière, il est plus ou moins simple de séparer les fibres et la technologie demande à être encore plus répandue. Parmi les matières recyclées de la sélection Go for Good, on peut trouver du coton, du cachemire, du polyester (issu de bouteilles plastiques) ou encore de la laine. Les produits doivent comporter un minimum de 50 % de matière recyclée pour être qualifiés Go For Good (sauf pour le coton – 20%).

 
 
 
cotton trisha-downing-337371-unsplash.jpg
 
 
 

Laine biologique

La laine, quand elle est issue d’élevages intensifs, a des conséquences tant sur les animaux que sur l’environnement (pollution des nappes phréatiques, désertification des sols). La certification biologique permet de garantir une laine provenant d’élevages bio, extensifs et nourris avec des aliments issus de l’agriculture biologique.

 
 

Laine responsable

La laine dite responsable est certifiée Responsible Wool Standard. Ce label garantit entre autres des élevages plus respectueux de l’environnement.

 
 

Lin européen

Le lin est une culture à faible impact environnemental (nécessitant peu d’eau, peu d’intrants chimiques) et, qui plus est, majoritairement européenne. La France en est même le premier producteur mondial ! Il nous semblait donc important de mettre cette matière en avant dans le mouvement Go for Good. Les labels retenus sont European Flax et Masters of Linen.

 
 

Fibres de pulpe de bois / Fibres Tencel® et Monocel ®

Le Tencel® et le Monocel ® sont deux fibres naturelles obtenues à partir de pulpe de bois. La pulpe d’eucalyptus pour le Tencel® et de bambou pour le Monocel ® est issue de forêts gérées durablement (label FSC). Les deux fibres sont transformées grâce au procédé Lyocell, qui utilise une solution organique exempte de solvants toxiques et des eaux de process en circuit quasi fermé. Ces deux fibres présentent donc des alternatives plus responsables, à la fois au niveau du choix de la matière première mais aussi du procédé de transformation de la fibre.

 
 
 
yak shane-aldendorff-503944-unsplash.jpg
 
 
 

Fibres de yak ou d’alpaga

Les élevages de yak et d’alpagas sont des élevages extensifs. Les troupeaux ont donc de vastes étendues pour vivre et un très faible impact sur l’environnement. Les produits sélectionnés pour Go for Good intègrent un minimum de 50 % de fibres de yak ou d’alpaga.

 
 

Fibres végétales alternatives au cuir

De nombreuses alternatives végétales au cuir existent aujourd’hui : l’une des plus connues d’entre elles étant sans doute une imitation de cuir, réalisée à partir de la feuille d’ananas (Piñatex. Pour entrer dans la sélection Go For Good, une fibre végétale alternative doit représenter au moins 50 % du produit final et être un co-produit de l’agriculture, c’est-à-dire être issue de parties du végétal non destinées à l’alimentation.

 
 
 
rawpixel-735373-unsplash.jpg
 
 
 

Ingrédients cosmétiques d’origine naturelle

Les produits cosmétiques de la sélection Go For Good présentant à minimum 95 % d’ingrédients d’origine naturelle se qualifient sur le critère de la naturalité.

 
 

Cosmétique biologique

Les produits biologiques de la sélection cosmétique Go for Good portent les labels Natrue (3 étoiles), Ecocert Cosmebio ou Nature et Progrès qui garantissent que plus de 95 % des ingrédients naturels ou végétaux utilisés sont certifiés biologiques.

 
 

Or recyclé ou responsable

Ces critères concernent les bijoux en or 100 % recyclé ou en or certifié Fairmined ou Fairtrade. L’or recyclé permet de réutiliser le précieux métal et contribue ainsi à la préservation des ressources naturelles. Les certifications Fairmined et Fairtrade permettent quant à elles de garantir la traçabilité, de conditions d’extraction respectant les standards sociaux et environnementaux ainsi que le respect des principes du commerce équitable.

 
 

Diamant de laboratoire

Il existe aujourd’hui plusieurs procédés permettant de produire des diamants en laboratoire. Ceux-ci, à l’impact social et environnemental drastiquement réduit, présentent les mêmes caractéristiques que les diamants naturels, et peuvent même, si désiré, reproduire les inclusions et imperfections d’un diamant formé naturellement.

 
 
 
 
 

Label Oeko-Tex   

Les produits présentant le label Oeko-Tex Standard 100 peuvent entrer dans la sélection Go for Good. Ce label garantit, sur les produits textiles, l’absence ou la limitation de substances indésirables pour la santé et notamment pour la peau. Les exigences du label Oeko-Tex varient selon le niveau de contact avec la peau et le public concerné, selon quatre classes de produits. Par exemple, les exigences seront beaucoup plus strictes pour un body pour bébé (classe I) que pour un tissu d’ameublement (classe IV).

 
 

Techniques de délavage durables des jeans (denim)

De nouvelles techniques et procédés de délavage (au laser ou à l’ozone) permettent de réduire considérablement la consommation d’eau, d’énergie et de produits chimiques par rapport à une production classique.

 
 

Tannage végétal

 

Le tannage végétal a recours à des extraits de végétaux, généralement des écorces de différentes essences d’arbres (chêne, mimosa, pin …), choisis selon l’effet recherché.  Les tanins naturels, qui peuvent aussi être des baies voire même des fruits, ont la faculté de stabiliser et d’assouplir le cuir.

 
 

Tannage sans chrome

Le tannage sans chrome consiste en un tannage sans sels de chrome, préservant ainsi la santé des producteurs et des consommateurs, avec un impact réduit sur l’environnement.

 
 

Emballage recyclé ou recharge

La question du packaging a été retenue uniquement pour certains secteurs pour lesquels il représente un pourcentage significatif de l’impact de produit – comme c’est souvent le cas dans le secteur de la beauté. Sont qualifiés dans Go for Good les produits dont le packaging primaire l’emballage principal intègre plus de 50% de matière recyclée ou biosourcée, les produits rechargeables, ou encore les produits pour lesquels un effort remarquable en terme d’éco-conception a été constaté (allègement du poids/volume, recyclabilité, etc.).

 
 
 
 

Seconde main

La seconde main ou le vintage permet de remettre dans le circuit de vente des produits qui ont connu une première vie plutôt que de les jeter. Cela contribue à préserver les ressources naturelles et aide le client à envisager la consommation sous un autre angle.

 
 

Matière upcyclée

L’upcycling consiste à créer un produit à partir d’un matériau ou d’un objet dont on n’a plus l’usage. Ce qui aurait dû devenir un déchet devient alors une ressource. Des chutes de tissus ou de cuir peuvent par exemple donner vie à des accessoires, de vieux vêtements devenir de nouvelles pièces de mode.

 
 

Location

La location privilégie l’usage à la possession, contribuant à étendre la durée de vie du produit ainsi qu’à préserver les ressources naturelles. Elle permet par exemple qu’une seule pièce circule entre plusieurs utilisateurs plutôt que chaque client en possède un exemplaire. Elle satisfait pleinement au besoin de renouvellement fréquent dans la mode.