Le Teinturier : entretenir, sauver, transformer

 
 
portraitaction_MG_5639_V2.JPG

Eric Le Maguet, teinturier depuis 1985

Propos recueillis par Audrey Harris

 
 
Entretien avec Eric Le Maguet, teinturier depuis 1985
 

Comment êtes-vous devenu teinturier ?

Par hasard, alors que je poursuivais avec peu d’enthousiasme des études de droit, j’ai eu l’opportunité de reprendre un local commercial. J’ai toujours été fasciné par le textile, alors j’ai décidé d’en faire un pressing. J’ai suivi une courte formation, et je me suis lancé. Au cours de ma formation j’avais été initié à la teinture par un Maître Teinturier à la retraite qui travaillait pour le Crazy Horse... son cours me passionnait ! Alors, après quelques années d’activité, j’ai décidé de développer mon savoir-faire pour devenir teinturier. J’ai consacré deux années à mettre au point mon propre procédé. Par téléphone, chaque mois, un ingénieur travaillant pour mon principal fournisseur me prodiguait de précieux conseils, et, en tâtonnant, j’ai appris. Très vite, j’ai eu une clientèle professionnelle, costumières et maisons de presse du quartier. Je continue toujours à apprendre aujourd’hui, la teinture exige énormément de concentration et une adaptation permanente, chaque vêtement est différent. En découvrant le résultat à la fin de chaque bain, j’ai toujours le cœur qui palpite.

 
 
pigmentcurry_MG_5620_V2.JPG
sugportrait2_MG_5703_V2.JPG
 
 

De quelle manière abordez-vous votre savoir-faire ?

Il y a encore quelques années, la plupart des pressings offraient un service de dépôt de teinturier, ils sous-traitaient à des usines, chacune d’entre elles spécialisée dans quelques coloris. Mon approche est diamétralement opposée : chaque client est reçu ici par celui qui va teindre son vêtement ; que ce soit pour le sauver ou créer une couleur, avant de procéder à la teinture je m’entretiens directement avec la personne. Je cherche avant tout à connaître l’attente de chacun, à lui permettre de s’exprimer, notamment en montrant ce qu’il est possible de faire.

 
 
sugbalance_MG_5537_V2.JPG
 
 

En 1998, j’ai été sollicité pour réaliser les teintures d’une collection d’Helmut Lang, pour lui j’ai créé un bain de couleur unique. J’aime travailler ainsi avec la mission de magnifier un vêtement, de lui apporter son identité même lorsqu’il s’agit de la lui rendre après un accident. Mon plus grand plaisir est de transformer un sauvetage en nouvelle vie pour un vêtement. Les particuliers représentent désormais la majorité de ma clientèle, et il n’est pas rare qu’après un sauvetage heureux, je voie revenir les clients avec un vêtement en parfait état auquel ils souhaitent donner une autre couleur. Je trouve merveilleux que l’on pense aussi à moi pour embellir une pièce, l’un de mes clients les plus fidèles m’apporte régulièrement des vêtements neufs qu’il achète avec l’idée d’une teinture.

 
 
sugpigmentindigo_MG_5592.JPG
 
 

Quel est votre procédé ?

La teinture allie la chimie à la créativité. Même pour sauver un vêtement, le diagnostic est un parti pris. Comme un pâtissier, j’écris une recette, je l’applique en pesant les pigments au microgramme, ensuite, à la température appropriée, le vêtement reçoit un bain dans la barboteuse avec le mélange. Lorsqu’il s’agit d’un sauvetage, il est souvent nécessaire de décolorer préalablement le vêtement, car les tâches modifient la prise de la couleur sur le tissu. La complexité de la technique tient aussi beaucoup à la multi composition des pièces, chaque matière réagit différemment au bain et pour maîtriser le résultat sur l’ensemble d’un vêtement il faut anticiper cela au plus juste. L’ensemble des teintures que j’utilise est fabriqué en France et respecte donc les normes strictes de l’Union Européenne. Pour l’instant, je n’utilise pas les teintures végétales au résultat trop aléatoire pour moi et surtout trop instable dans le temps. Pour conserver au mieux une couleur je recommande toujours le lavage à 30° et, bien sûr, sans produit détergent.
Parfois on me demande de créer une couleur à partir d’une photo sur un téléphone, c’est un véritable challenge de transposer la couleur d’un écran sur un tissu. Pour la mise au point des couleurs sur mesure j’utilise une machine qui scanne la couleur, un logiciel la décompose pour proposer plusieurs associations de teintes. Sept fois sur dix la machine me met sur la piste, mais rien ne vaut la sensibilité de l’œil.
 

 
 
sugrecette_MG_5490_V2.JPG
 
 
Infos pratiques

Tarifs Indicatifs Teintures (2018)*

Pantalon, Chemise, Short, Pull Coton Moyen - 35 €
Corsage, Pantalon Soie & Laine, Pull Laine - 45 € 
Manteau, Blouson, Veste, Robe Soie - 75 €
*Supplément de 15 euros pour la décoloration en cas de sauvetage

Adresse et horaires
Teinturie Piat
61 rue Piat 75020 PARIS

Lundi – Vendredi 8h30 – 12h30 / 13h30 – 19h15
Samedi 9h00 – 13h00

Contact
01 43 49 58 73
tpcouleur@gmail.com
www.teinturerie-piat-paris.fr
 
 
Article et photos par Audrey Harris, partenaire de Go for Good et fondatrice de Soubis, un laboratoire d’innovation pour la valorisation des savoir-faire indépendants de la création.
 
Charlene Vinh